1. Accueil>
  2. Au sujet du Musée>
  3. Nouvelles du Musée>
  4. Nouvelles>
  5. D’anciens lauréats témoignent de l’impact des prix Inspiration Nature

D’anciens lauréats témoignent de l’impact des prix Inspiration Nature

par Alex Quesnel

Rien n’est plus satisfaisant que d’être reconnu pour son dur labeur.

C’est une vérité dont peut attester les anciens lauréats des prix Inspiration Nature, qui ont pu profiter de diverses façons de la visibilité nationale et du prix en argent qu’ils ont reçus.

Alors que le processus de mise en candidature pour 2016 est bien en selle, le Musée canadien de la nature a voulu retrouver la trace des lauréats de l’année dernière pour voir comment le prix avait répercuté sur le travail qu’ils font à rapprocher les gens de la nature.

© Sentinelle Outaouais

Close.

Des outils de surveillance en plus grand nombre sont l’un des bénéfices récoltés par Sentinelle Outaouais grâce au prix Inspiration Nature de 2015 accordé à Meredith Brown.

Sentinelle Outaouais : la préservation d’un bassin versant

Meredith Brown, directrice de Sentinelle Outaouais, a passé la dernière année à bâtir son réseau de soutien bénévole pour augmenter ses effectifs et accroître le degré de mobilisation.

« Nous avons établi ce réseau d’environ 80 sentinelles bénévoles à l’échelle du bassin versant, explique-t-elle. Nous les formons pour un travail scientifique de surveillance citoyenne. Ils sont comme nos yeux et nos oreilles sur la rivière ».

Grâce à la récompense en argent, Sentinelle Outaouais s’est procuré de nouvelles ressources pour son personnel à utiliser lors des patrouilles sur la rivière.

« Ce qui intéresse nombre d’entre eux, c’est de contrôler la qualité de l’eau par des observations faites sur la rivière, affirme Brown. Nous avons quelques outils pour leur permettre de le faire, mais l’argent du prix a servi essentiellement à leur procurer davantage de trousses d’analyse. »

L’organisme met également l’accent sur l’innovation technologique en développant de nouveaux outils numériques pour utilisation sur le terrain par les bénévoles.

« Nous collaborons avec des experts en TI sur une appli qui permettra aux sentinelles de partager facilement les renseignements en temps réel, explique Brown. Toute donnée recueillie peut être consignée dans cette appli pour la rendre disponible aux autres. »

Le lancement de cette appli mobile est prévu pour ce printemps, et Brown est persuadée que les fonds reçus du Musée de la nature vont faciliter le travail de former les utilisateurs.

© ACAP Humber Arm

Fermer.

Le prix accordé à ACAP Humber Arm permet à cet organisme d’élargir ses programmes éducatifs axés sur l’eau.

ACAP Humber Arm : science marine pour écoliers

À Terre-Neuve, Sheldon Peddle, directeur général d’ACAP Humber Arm, a lui aussi d’importants projets pour 2016. Il a exprimé sa reconnaissance d’avoir gagné le prix accordé à un organisme sans but lucratif et l’argent servira à financer de nombreux nouveaux projets.

« L’argent du prix sera investi dans l’achat d’équipement océanographique et d’étude du milieu marin pour notre programme de science de la mer destiné aux élèves de 8e année : Troquer des livres pour des bateaux », affirme Peddle.

Ce programme a remporté un tel succès que Peddle tente également de mettre sur pied un programme de technologie océanique ou de surveillance de la qualité de l’eau au niveau de l’école secondaire.

De plus, ACAP Humber Arm va élargir ses frontières pour la première fois depuis sa constitution en 1991.

« Ceci nous permettra de rejoindre un plus grand pourcentage de la population ici dans l’ouest de Terre-Neuve, affirme Peddle. Nos programmes, qui sont traditionnellement axés sur l’eau marine côtière, s’attaqueront à des enjeux touchant l’eau douce et nous permettront de continuer notre expansion plus en amont. »

Homegrown National Park : l’écologisation d’une communauté

L’impact du prix a des retentissements également à Toronto, où le Homegrown National Park de la Fondation David Suzuki prépare une nouvelle saison.

Sarah May, coordonnatrice au développement, Dons exemplaires, déborde d’enthousiasme en évoquant des initiatives comme le projet du canot communautaire, qui vise à rappeler aux Torontois l’existence des rivières qui courent sous leur ville [en anglais seulement].

« Nous allons l’élargir cette année pour augmenter le nombre de canots à Toronto, déclare May. Nous remplissons un vieux canot usé de plantes pollinisatrices, créant ainsi un habitat pour les papillons, les abeilles et d’autres pollinisateurs. Nous le déposons ensuite dans un parc ou une cour d’école, bref un endroit public où il peut améliorer l’espace vert pour la communauté. »

De plus, le Homegrown National Park prépare sa campagne de plantation d’asclépiades #gotmilkweed qui sera lancée ce printemps.

« L’asclépiade procure un habitat pour les monarques, explique May. Ils sont emblématiques et les gens veulent leur venir en aide. Nous essayons de convaincre les gens de planter des asclépiades dans leur cour arrière, puisque c’est facile à faire. »

Tout compte fait, les prix Inspiration Nature permettent aux individus et organismes d’élargir la portée de leurs initiatives tout en fournissant un coup de pouce financier pour d’autres programmes.

Si vous ou votre entreprise êtes admissible pour un prix, ou si vous voulez proposer une candidature méritante, vous avez jusqu’au 22 avril pour en faire la demande à nature.ca/prix.