Le Musée est fermé temporairement

Le Musée est fermé en raison de la pandémie de COVID-19. En apprendre davantage au sujet de nos plans de réouverture.

  1. Accueil>
  2. Au sujet du Musée>
  3. Nouvelles du Musée>
  4. Nouvelles>
  5. La macounie luisante

La macounie luisante

Une belle trouvaille des années 1860

« La foudre ne tombe jamais deux fois au même endroit », selon le dicton.

Est‑ce bien vrai ?! Dans le cas qui nous intéresse, la «foudre » réfère à une espèce de mousse, Neomacounia nitida. Croyez-le ou non, cette espèce n’a été collectée qu’à deux reprises, en 1862 et en 1864, par le célèbre naturaliste et botaniste John Macoun.

Elle a été trouvée près de la ville natale de Macoun, à Belleville, en Ontario, et n’a jamais été revue depuis – voilà qui est étonnant… voire inédit !

Macoun est devenu le premier conservateur de l’Herbier national du Canada en 1881, où se trouve maintenant le Musée canadien de la nature. Il a recueilli des quantités incroyables de spécimens dans des conditions de terrain que beaucoup considéreraient aujourd’hui comme impensables, marchant longuement (par exemple) derrière les wagons qui transportaient son matériel sur des routes sillonnées d’ornières, boueuses et/ou inondées, et bravant des nuages de moustiques si denses qu’ils «obscurcissaient le coucher du soleil ».

© Musée canadien de la nature

Fermer.

L’un des spécimens de macounie luisante à l’Herbier national du Canada (CANM 159464).

Les quelques spécimens de Neomacounia nitida que Macoun a collectés lors de ces deux occasions ont été étudiés par les scientifiques. Ce que vous voyez ici est à peu près tout ce dont ils disposent pour décrire l’espèce ! Sa taille (environ 6 cm) fait bonne figure pour une mousse, et ses feuilles et capsules sont dressées.

Depuis l’époque de Macoun, de nombreux bryologues pleins d’espoir (experts et passionnés de la mousse) ont tenté de retrouver la macounie luisante, sans succès. Pour l’instant, elle est officiellement considérée comme éteinte.

Quelqu’un pourrait encore la trouver en gardant l’œil ouvert.

La leçon à tirer : Regardez sur les arbres, dans les marécages… mais surtout, REGARDEZ. Qui sait ce que vous pourriez trouver ?

--

Aimeriez‑vous en apprendre davantage au sujet de John Macoun, grand contributeur des connaissances actuelles sur la flore du Canada ? Lisez la biographie de cet explorateur et botaniste canadien.  

 

© Musée canadien de la nature

Fermer.

L’étiquette manuscrite dans l’image de gauche montre que ce spécimen était à l’origine mal identifié en tant que Leptodon trichomitrion (alias hyade à chapeau poilu). Plus d’un siècle plus tard, l’ancien conservateur de bryologie (l’étude des mousses) du Musée s’est rendu compte que cette enveloppe était loin de contenir une hyade à chapeau poilu ! Il s’agissait plutôt de la deuxième collecte connue de mousse aujourd’hui appelée Neomacounia nitida (macounie luisante). Le conservateur, le Robert Ireland, Ph. D., a officiellement décrit le genre Neomacounia et l’a nommé en l’honneur de John Macoun.