Le Musée est fermé temporairement

Jusqu'à nouvel ordre, le Musée sera fermé à des fins préventives contre le virus COVID-19. En apprendre davantage.

  1. Accueil>
  2. Au sujet du Musée>
  3. Nouvelles du Musée>
  4. Médias>
  5. Communiqués>
  6. Le Musée présente un symposium sur la biodiversité et les effets des changements climatiques dans l’Arctique

Le Musée présente un symposium sur la biodiversité et les effets des changements climatiques dans l’Arctique

Ottawa, 18 février 2020 – Des spécialistes de l’Arctique se réuniront à Ottawa vendredi le 21 février pour un symposium d’une journée sur la biodiversité de cette région du monde et sur les effets qu’y exercent les changements climatiques.

« L’Arctique est un indicateur des changements climatiques et ce symposium est l’occasion d’examiner leurs différentes répercussions sur la biodiversité et de discuter des actions visant à mieux les comprendre et à protéger les espèces, explique le coordonnateur du symposium Jeff Saarela, Ph. D., directeur du Centre de connaissance et d’exploration de l’Arctique du Musée canadien de la nature. Il s’agit d’une démarche d’envergure, où convergent les points de vue des scientifiques, des responsables des politiques, des organisations non gouvernementales et de personnes s’intéressant à l’Arctique. »

Les discussions de groupe et les causeries laisseront place, à midi, à une séance percutante de miniconférences : les intervenants disposeront d’une minute chacun pour présenter leur projet et se faire connaître.

La journée débutera avec un état des lieux sur la biodiversité de l’Arctique par le conférencier d’honneur venu d’Islande : Tom Barry, secrétaire exécutif de Conservation de la flore et de la faune arctiques (CFFA), la branche « biodiversité » du Conseil de l’Arctique.

Suivront deux séances très étoffées, au cours desquelles les participants aborderont divers aspects des efforts de conservation de la biodiversité de l’Arctique, comme l’importance des parcs et des aires protégées, la surveillance de la biodiversité par les collectivités locales, les études sur les populations animales (notamment les caribous et les lemmings), les répercussions des microplastiques sur l’environnement de la région.    

Dans l’après-midi se tiendront des ateliers en petits groupes et des discussions dirigées sur les changements climatiques et leurs effets sur la biodiversité de l’Arctique.

Parmi les perspectives internationales figure celle d’Igor Krupnik, Ph. D., de la Smithsonian Institution de Washington; il présentera une étude pluriannuelle intitulée Effondrements en Arctique : humains, faune et climat dans un environnement nordique en pleine transformation. Soulignons également la présentation d’Alex Borisenko, Ph. D., sur le projet Arctic BIOSCAN de l’Université de Guelph, qui consiste à inciter des collectivités locales à suivre la biodiversité à l’aide de codes barres génétiques, et celle de Jennifer Provencher, Ph. D., du Service canadien de la faune, sur les effets émergents des déchets et des plastiques sur les écosystèmes arctiques.

Le Musée canadien de la nature a une longue tradition de recherche et d’exploration arctiques qui remonte à la première expédition dans l’Arctique canadien réalisée de 1913 à 1918. À l’édifice de la recherche et des collections du Musée, situé à Gatineau, au Québec, des spécialistes conservent d’imposantes collections nationales sur l’Arctique, notamment de plantes, d’animaux terrestres, de poissons et d’autres formes de vie aquatique. Le Musée est aussi le dépositaire actuel des collections archéologiques, fossiles et géologiques du gouvernement du Nunavut. À son édifice public, au centre-ville d’Ottawa, se trouve la galerie de l’Arctique Canada Goose, qui présente l’histoire de la biodiversité de la région et les liens qu’ont tissés les populations nordiques avec leur milieu.

Renseignements pour les médias :
Dan Smythe
Relations avec les médias
Musée canadien de la nature
613-566-4781; 613-698-9252 (cell)