Logo du Musée canadien de la nature Sila : les énigmes du climat
Sila : les énigmes du climat
Accueil Enseignants Glossaire Plan du site English
Sila : les énigmes du climat Introduction Aventure Sensibilisation Et maintenant? Jeu

Sensibilisation

image du symbole de l'eau image du symbole de la terre image du symbole du feu symbole de l'air

1) Paysage arctique enneigé sous un soleil très bas à l'horizon.

L'atmosphère

Je sais bien que, pour plusieurs d'entre vous, l'Arctique semble étrange et inhospitalier, presque une autre planète. Mais il n'en est rien, c'est plutôt un endroit très accueillant.

Si nous allions sur Mars, là ce serait une tout autre histoire! Vous vous y trouveriez bien durant le jour. Une bonbonne d'oxygène, un maillot de bain et une tonne de crème solaire, voilà tout ce dont vous auriez besoin.

Mais pendant la nuit, même le parka de caribou le plus épais ne parviendrait pas à vous tenir au chaud, car les températures passent de 20 degrés Celsius à un mordant moins 125! Comment se fait-il qu'il fasse si froid? C'est grâce à l'atmosphère et Mars n'en possède pas beaucoup, voilà le problème. Après le coucher du soleil sur Mars, presque rien ne vient empêcher la chaleur du jour de s'échapper dans l'espace.

Sur la Terre en revanche, l'abondante atmosphère agit comme une énorme serre et confère à notre planète des températures plus vivables, le jour comme la nuit.

2) Image de la Terre entourée d'une grille représentant l'atmosphère.

Gaz à effet de serre

Notre atmosphère se compose principalement d'azote et d'oxygène. Nous pouvons en remercier la nature, car ces gaz représentent le souffle de la vie! Ce sont toutefois les petites quantités de gaz à effet de serre tels la vapeur d'eau, le dioxyde de carbone, le méthane et les oxydes nitreux, qui nous empêchent de geler la nuit ou de cuire au soleil. Parmi ces gaz, le dioxyde de carbone joue le rôle principal dans la saga du réchauffement planétaire.

Le dioxyde de carbone parvient à absorber l'énergie calorique que renvoie la surface de la Terre, exactement comme la paroi d'une serre.

Une partie de cette chaleur est absorbée, une autre s'échappe dans l'espace. C'est un véritable mouvement de balancier. Quand la quantité de dioxyde de carbone s'élève, le climat se réchauffe. Quand la teneur de ce gaz diminue, le climat se rafraîchit.

Depuis que la végétation est apparue à la surface de la terre, les plantes ont maintenu cet équilibre fragile en absorbant le dioxyde de carbone de l'air. Lorsqu'elles meurent et se décomposent, une grande quantité de ce dioxyde de carbone emmagasiné dans leurs tissus se dégage graduellement dans l'air. Les incendies de forêts accélèrent ce processus, tout comme la combustion de charbon, de gaz ou de pétrole. Ces produits proviennent de plantes qui vivaient il y a des millions d'années, c'est d'ailleurs pour cette raison qu'on les nomme combustibles fossiles. Même sans brûler quoi que ce soit, avec chaque respiration, on contribue à l'émission de dioxyde de carbone simplement en expirant.

Depuis environ 400 000 ans, le taux de dioxyde de carbone a décliné au point de faire chuter la température mondiale de cinq degrés Celsius.

Si vous aimez les chiffres, cela signifie que la teneur en dioxyde de carbone est passée de 275 parties pour 1 million à 220 - soit une perte de 20%. Voilà ce qui a suffi à amorcer l'époque glaciaire.

Niveaux de dioxyde de carbone à la hausse

3) Image d'une route à l'heure de pointe.

Mais il semble que cette époque soit révolue. Depuis ce temps, le niveau de dioxyde de carbone sur la planète n'a jamais été aussi élevé et le réchauffement global ne s'est jamais produit aussi rapidement. Et devinez qui participe désormais à régler le thermostat : ce bon vieux Homo sapiens.

Au cours des deux derniers siècles, les humains ont intensifié l'effet de serre naturel en brûlant des combustibles fossiles sans se soucier des répercussions. Tout ce carbone supplémentaire se dégage dans l'air plus rapidement qu'il n'est absorbé. Et quand l'air change, tous les autres éléments soutenant la vie s'en ressentent.

Résultat?

Les saisons sont bouleversées. Les calottes glaciaires fondent, les océans se réchauffent, la répartition des plantes et des animaux subit des variations. Tout cela parce que le climat se modifie comme jamais auparavant. Et il semble que l'Arctique, mon pays natal, soit un endroit privilégié pour déceler les indices de ces variations.

Venez consulter les gens qui vivent ici afin de savoir comment ils perçoivent les changements climatiques et ce qu'ils font pour y faire face. Voyez ce que découvrent les scientifiques. Prenez connaissance de ce que font les gens aux quatre coins de la planète pour s'adapter et trouver des solutions à ce problème global, tout en apprenant ce que vous pouvez faire pour diminuer vos émissions de gaz à effet de serre.

Sources d'images :

  1. Chris O'Brien
  2. François Daigle
  3. Roger LeMoyne, Agence canadienne de développement international (ACDI)



Mise à jour : 2006-08-09    © nature.ca   Avis importants
Un site créé par le Musée canadien de la nature, en collaboration avec ses partenaires.