nature.ca  La nature de la rivière Rideau AccueilEnglish  
Le ProjetHistoire et géographieÉtat de santéAnimaux et plantesQualité de l'eauBiodiversitéÀ l'actionRessourcesEnseignants
Le Projet sur la biodiversité de la rivière Rideau

 

La méthodologie

Chercheur sur le terrain.
Sur le terrain, le « bureau » de Francis Cook tient dans son camion. C'est là qu'il mesure, pèse et identifie les amphibiens qu'il capture.

Au cours du Projet sur la biodiversité de la rivière Rideau, neuf éléments ont été examinés pour évaluer l'état de santé de la rivière : la qualité de l'eau, les algues, les plantes aquatiques, les invertébrés aquatiques, les moules d'eau douce, les poissons, les amphibiens, les reptiles et les oiseaux.

Pour chaque élément biologique, les scientifiques ont calculé la distribution, la diversité et l'abondance relative de chaque espèce. Ils ont aussi recensé les endroits où la biodiversité est importante le long de la rivière Rideau entre Smiths Falls et les chutes Rideau.

Les algues
Au cours de trois étés, des échantillons ont été prélevés aux deux semaines dans 20 sites situés entre Smiths Falls et les chutes Rideau. Des échantillons ont aussi été prélevés, de façon irrégulière, dans 54 sites supplémentaires. Les phycologues (scientifiques qui étudient les algues) ont recueilli des algues en tirant dans l'eau derrière un bateau un filet à mailles très fines. Les algues ont été emprisonnées dans le filet puis, par un rinçage du filet, transférées dans des pots collecteurs. De retour au laboratoire, les scientifiques se sont servis d'un microscope pour identifier, compter, mesurer et photographier les spécimens.

Les amphibiens et les reptiles
Des échantillons ont été prélevés le long de la rivière Rideau entre Smiths Falls et les chutes Rideau. Des herpétologues (scientifiques qui étudient les amphibiens et les reptiles) et des bénévoles ont suivi les mouvements de ces animaux en les attrapant, en les comptant, en les mesurant et en les marquant. Les amphibiens ont été marqués en coupant un de leurs ongles alors que les tortues l'ont été en limant de minuscules encoches au bord de leur carapace. Une fois les spécimens mesurés et marqués, ils ont été rejetés dans la rivière et de nouveaux échantillons ont été prélevés plusieurs jours plus tard. Les spécimens repêchés ont donné aux scientifiques une idée de leurs caractéristiques démographiques, de leur croissance et de la distance parcourue.

Des études auditives ont aussi été effectuées pour calculer le nombre de grenouilles mâles qui croassaient. Les reptiles ont également été étudiés en parcourant toute la longueur de la rivière en canot pour compter le nombre de tortues et de serpents au repos. Des pièges et des filets à main ont été utilisés pour attraper des tortues, des grenouilles et des salamandres. La recherche a particulièrement porté sur le ouaouaron, le necture tacheté, la tortue peinte et la tortue musquée, qui sont considérés comme des espèces indicatrices. Le public a considérablement contribué à recenser les tortues en appelant la ligne d'information sur les tortues pour faire part de leurs observations.

Les invertébrés
Des échantillons d'invertébrés ont été prélevés dans 11 sites le long de la rivière Rideau entre Smiths Falls et les chutes Rideau. Les entomologues (scientifiques qui étudient les insectes) et des bénévoles ont recueilli des invertébrés en balayant la colonne d'eau et les plantes aquatiques à l'aide de filets à mailles fines. Les spécimens ont été ramenés au laboratoire parce qu'il fallait un microscope pour les identifier et les photographier. Une base de données multimédia sur les spécimens de la rivière Rideau a été créée en utilisant des photos numériques et une caméra vidéo numérique.

Les scientifiques se sont attachés à identifier les phryganes, les libellules et les demoiselles ainsi que les hydrachnidés, car ces groupes d'invertébrés sont parmi les plus divers dans la rivière et ils englobent une variété d'herbivores, de prédateurs et de parasites.

Les mollusques
Personne comptant des moules.
Compter des moules, c'est un travail de longue haleine...
Des échantillons ont été prélevés dans 23 sites le long de la rivière Rideau entre Smiths Falls et les chutes Rideau. À l'aide de masques et de tubas, des mallécologues (scientifiques qui étudient les mollusques) et des bénévoles ont prélevé des moules d'eau douce indigènes à l'endroit où la rivière, servant de déversoir, contourne les écluses de Smiths Falls, d'Andrewsville, de Long Island et d'Ottawa. L'eau des déversoirs, peu profonde, présente des rapides et des remous. Les plongeurs se sont dépêchés de recueillir le plus grand nombre de moules indigènes vivantes et mortes en un laps de temps déterminé pour pouvoir en calculer l'abondance moyenne. Les moules ont été recueillies et rapportées dans des sacs en filet. Une fois sur terre, les moules ont été rapidement triées et comptées avant d'être rejetées dans la rivière.

Personne échantillonnant des moules zébrées.
Échantillonnage des moules zébrées, Dreissena polymorpha, sur la porte d'une écluse.
Les densités de moules zébrées exotiques ont été calculées à la fin de l'automne lorsque les murs des écluses étaient à l'air libre. Chaque automne, le niveau de l'eau est abaissé dans la rivière pour éviter les inondations et empêcher que la glace n'endommage les écluses. Les scientifiques ont pu descendre dans l'écluse pour compter les moules zébrées collées aux murs. Dans de nombreuses écluses en aval, il y avait trop de moules zébrées pour pouvoir toutes les compter. Les scientifiques ont donc compté toutes les moules zébrées se trouvant dans plusieurs carrés d'une grandeur donnée, puis, par extrapolation, ils ont déterminé le nombre de moules couvrant l'écluse tout entière.

Les oiseaux aquatiques
Des relevés ont été effectués dans 15 sites le long de la rivière Rideau entre Smiths Falls et les chutes Rideau. Des ornithologues (scientifiques qui étudient les oiseaux) ont effectué des relevés aériens au printemps et en été pour déterminer les espèces d'oiseaux aquatiques qui habitent le long de la rivière Rideau. Trois relevés aériens ont été effectués par avion pendant la saison des migrations (au printemps, de la mi-mars à la mi-mai et en automne, de la mi-août à la mi-décembre) ainsi que durant l'hiver, au début de janvier. Sept relevés aériens ont été effectués par hélicoptère pendant la saison de reproduction et la période de soins à la couvée. Des levés au sol ont également été effectués dans des secteurs choisis de la rivière en vue de connaître l'horaire quotidien d'utilisation du cours d'eau à différents moments au cours de l'année.

Les plantes aquatiques
Personne échantillonnant des plantes aquatiques.
Échantillonnage des plantes aquatiques.
Les scientifiques ont procédé de diverses façons pour tenter de déterminer quelles plantes aquatiques poussent dans la rivière, lesquelles y sont le plus abondantes et comment elles se dispersent le long de la rivière. Les recherches ont été effectuées entre juin, moment où les lits de plantes aquatiques se développent, et la mi-septembre, quand les plantes commencent à disparaître. Dans un premier temps, l'équipe de recherche a identifié et observé les plantes aquatiques poussant dans 25 sites situés le long de la rivière Rideau, entre Smiths Falls et les chutes Rideau. Par la suite, les chercheurs, aidés de bénévoles, ont réalisé des échantillonnages scientifiques dans 11 de ces sites, à l'aide de quadrats (genre de cadre en plastique) d'un demi-mètre carré. Dans chacun des sites, un quadrat a été placé au fond de l'eau, dans 15 emplacements différents, afin que les scientifiques puissent évaluer la diversité et la dispersion des espèces. Enfin, une recherche plus poussée a été menée, sur une période de plusieurs années, dans 6 sites d'échantillonnage. À l'aide cette fois de quadrats de 1 mètre carré, les chercheurs ont identifié toutes les espèces présentes dans ces échantillons et évalué leur abondance. Ces mesures ont été faites à trois reprises au cours d'une même année, de juin à septembre, puis à une reprise au cours de trois autres années, afin de discerner les variations au cours d'une saison de croissance, puis au cours de plusieurs années.

Les poissons
Chevalier jaune, Moxostoma valenciennesi.
Mesure d'un chevalier jaune, Moxostoma valenciennesi.
Des ichthyologues (scientifiques qui étudient les poissons) et des bénévoles ont calculé l'abondance et la diversité des poissons en prélevant des échantillons dans 14 sites le long de la rivière et dans trois sites dans chacun des cinq affluents de la rivière Rideau. Différents dispositifs ont été utilisés à chaque endroit, car chaque type d'engin ne peut attraper qu'un poisson d'une certaine taille. Les petits poissons ont été capturés en les piégeant dans des seines, des filets semblables à de grands rideaux tirés dans l'eau. Les gros poissons ont été attrapés en utilisant des filets-trappes, des casiers à mailles assortis de trémies pour empêcher les poissons de s'échapper. Enfin, la pêche à l'électricité a été utilisée pour prendre les poissons des grandes profondeurs qui vivent dans les fentes des roches et que des filets ne pouvaient pas facilement attraper. Cette technique a permis de paralyser temporairement les poissons afin qu'ils flottent à la surface. Grâce à leurs bons réflexes, les scientifiques les ont attrapés rapidement à l'aide d'une épuisette avant que les poissons ne se ressaisissent et filent. Avant d'être relâchés, les poissons ont été identifiés, mesurés et pesés.

La qualité de l'eau
Des limnologues (scientifiques qui étudient l'eau douce) ont prélevé des centaines d'échantillons d'eau de 18 sites le long de la rivière Rideau et à 3 sites supplémentaires dans les lacs situés à la tête de la rivière, près de Smiths Falls. Ces échantillons ont été analysés en laboratoire pour en déterminer les concentrations en nutriments (fertilisants), en bactéries (coliformes fécaux et E. coli), en métaux et en chlorophylle. Ces échantillons ont été recueillis deux fois par mois pendant trois ans en commençant au début de mai et en finissant à la fin d'octobre. Ces échantillons ont été prélevés dans la voie navigable et près des rives.

 

Flèche. 
Flèche. 
Flèche. 
Flèche. 
Flèche. 
Puce. 
  
Un projet du Musée canadien de la nature
  
 Images : Thomas Cook, Fiona Currie, Lynn Gillespie, Anne Phelps, Judy Redpath