1. Accueil>
  2. Au sujet du Musée>
  3. Nouvelles du Musée>
  4. Nouvelles>
  5. Des scientifiques du Musée récompensés pour leur savoir-faire

Des scientifiques du Musée récompensés pour leur savoir-faire

Un prix en géosciences décerné à un minéralogiste et auteur du Musée

Ole Johnsen © Université de Copenhague

Fermer.

Joel Grice

Depuis presque quatre décennies, Joel Grice, Ph. D., minéralogiste et conservateur au Musée canadien de la nature, partage sa fascination pour les composants élémentaires de notre planète. Il vient de publier un ouvrage grand public intitulé Beginner’s Guide to Rocks and Minerals, traduit en français sous le titre de Guide des minéraux et des roches pour débutants. Joel Grice est un spécialiste reconnu de la structure cristalline des minéraux. Pendant huit ans, il a présidé le comité international chargé de nommer et de classifier les nouveaux minéraux.

Voici qu’il obtient une nouvelle récompense. L’Association minéralogique du Canada lui a décerné en mai 2011 un prix qui, du propre aveu du lauréat, honore normalement des scientifiques plus jeunes en début de carrière. Il s’agit du prix Hawley couronnant, chaque année, le meilleur article de la revue savante en géosciences Canadian Mineralogist. L’article récompensé porte sur un groupe complexe de minéraux connus sous le nom de béryllosilicates et leur classification.

Dans son avis d’acceptation, Joel Grice explique modestement : « Peut-être que mes capacités d’observation et ma tentative de répondre à la question toute simple "pourquoi les choses sont-elles comme cela?" se sont-elles révélées fructueuses. Le fait de recevoir ce prix en même temps que paraissait mon ouvrage sur les roches et les minéraux pour débutants me procure une double satisfaction : celle d’avoir servi à la fois la science et la société. » Félicitations Joel!

Un Canadien à la tête du groupe mondial de taxonomie

Martin Lipman © Musée canadien de la nature

Fermer.

Mark Graham présente les conférenciers au Symposium sur la biodiversité arctique 2010 organisé au Musée.

Combien existe-t-il d’espèces? Où vivent-elles? Quels sont les défis à relever pour préserver la biodiversité? Il s’agit là de grandes questions dont les solutions réclament recherches approfondies, collaboration et coordination.

En tant que Musée de stature mondiale, riche de quelque 10,5 millions de spécimens, le Musée canadien de la nature participe à ces efforts internationaux. Tout récemment, Mark Graham, Ph. D., directeur de la recherche au Musée, a été nommé président du Dispositif de coopération de l’Initiative mondiale pour la taxonomie); c’est la première fois qu’un Canadien occupe ce poste.

La Convention des Nations Unies sur la diversité biologique perçoit la pénurie de taxonomistes comme une lacune à combler. Le groupe mondial sur la taxonomie réunit des spécialistes du monde entier en vue d’organiser des activités en appui à la Convention sur des questions touchant la taxonomie – discipline scientifique fondamentale qui consiste à nommer et à classifier les espèces les unes par rapport aux autres.
 
En plus d’orienter les programmes de recherche du Musée, Mark Graham intervient à titre de vice-président du comité scientifique du Système mondial de l’information sur la biodiversité (GBIF pour Global Biodiversity Information Facility). Établi à Copenhague, ce réseau international permet le partage en ligne gratuit de données sur la biodiversité, avec comme but ultime d’utiliser les excellentes données des collections muséales pour résoudre les problèmes d’ordre scientifique et sociétal.