1. Accueil>
  2. Au sujet du Musée>
  3. Nouvelles du Musée>
  4. Nouvelles>
  5. Recherche sur le terrain : nos scientifiques à l'œuvre

Recherche sur le terrain : nos scientifiques à l'œuvre

© Musée canadien de la nature

Fermer.

Michel Poulin, Ph. D., utilise un carottier pour recueillir un échantillon de carotte de glace près de Resolute au printemps 2011.

Affiché le 15 mai 2013

Parmi les nombreux attraits qui incitent les scientifiques du Musée canadien de la nature à se rendre sur le terrain, on trouve des dinosaures en Alberta et en Chine et des algues marines dans l’Arctique. Voici comment quelques-uns des experts du musée vont occuper leur temps dans les mois qui viennent. Leur travail, qui consiste à recueillir des spécimens, à étudier des habitats et à découvrir des espèces, apporte une contribution à nos connaissances de la biodiversité d’hier et d'aujourd’hui.   

Retour à Resolute

En mai, M. Michel Poulin, Ph. D., regagnera la base de recherche Resolute sur l'île Cornwallis au Nunavut, un coin de l'Arctique qui lui est maintenant familier. Cet expert en algues marines et en phytoplanctons compte déjà de nombreuses expéditions à son actif dans le Grand Nord canadien, où il a travaillé avec de grandes équipes de scientifiques sur des brise-glace et dans des stations de recherche terrestres.

Les algues et les phytoplanctons sont un lien essentiel de la chaîne alimentaire polaire, fournissant des nutriments à d'autres organismes marins dans le cadre d’un même réseau alimentaire. Dans l'espace de quelques semaines, Poulin et ses collègues vont recueillir et étudier des communautés d'algues microscopiques dans la glace marine et sous celle-ci provenant d'environ 25 sites. Cette recherche fait partie d'un projet scientifique mené par Mme Christine Michel, Ph. D., du ministère des Pêches et des Océans Canada, et poursuit le travail effectué à Resolute au printemps 2011, tel que décrit de façon vivante par Poulin dans une série de blogues pour le musée. Dans l'ensemble, l'équipe de recherche veut observer l’étendue géographique de ces communautés d’algues et la variété des espèces. On peut utiliser les données compilées au fil du temps pour mieux évaluer l'impact du changement climatique dans la région et dans l'Arctique canadien dans son ensemble.

Une nouvelle recrue sur le terrain

Jordan Mallon © Jordan Mallon

Fermer.

Jordan Mallon et son équipe sur le terrain vont ratisser un terrain semblable à celui-ci en juin à la recherche de fossiles de dinosaures.

Le paléontologue nouvellement recruté par le Musée, M. Jordan Mallon, Ph. D., ouvrira de nouvelles pistes de recherche en prenant la tête de sa première expédition sur le terrain. Pendant trois semaines en juin, lui et ses collègues vont collecter des fossiles au nord de Medicine Hat, Alberta le long du bras sud de la rivière Saskatchewan. Le jeune chercheur s'est joint au musée en février, tout juste après avoir terminé son doctorat en 2012 à l'université de Calgary. Ce projet sur le terrain déterrera de nouveaux matériaux pour sa recherche en taphonomie : l’étude de ce qui arrive à un animal après sa mort, avant qu’il se fossilise. La zone étudiée est censée renfermer un certain nombre de sites de fossiles, y compris un dépôt d’ossements.  

Mallon sera assisté par la technicienne en collecte Margaret Currie et possiblement certains étudiants de cycle supérieur. « Le principal objectif de ce voyage est d’étudier les dépôts de sédiments, mesurer les coupes géologiques et recueillir des données sur les dépôts de fossiles », explique Mallon. Le voyage obligera également les chercheurs à « frapper à des portes » pour faire connaissance avec les propriétaires qui pourraient abriter des fossiles sur leurs terrains. Ces rencontres permettront d'ouvrir la voie à des collectes futures si jamais les dépôts trouvés s'avéraient prometteurs.  

Un transfert de connaissances arctiques

Lee Narraway © Students on Ice

Fermer.

Kieran Shepherd donne un atelier sur les fossiles sur la côte ouest de l’île Baffin lors de l’expédition Students on Ice de 2011.

Chaque année depuis 2001, les scientifiques du Musée canadien de la nature font don de leur expertise en tant que membres des expéditions Students on Ice (SOI) en Arctique. Cette année, le conservateur de paléobiologie Kieran Shepherd et Roger Bull, adjoint principal à la recherche, se joindront à l'équipe de l’expédition, qui compte environ 75 jeunes, pour un voyage au Groenland, dans le nord de l’île Baffin et sur l'île Banks, du 14 au 28 juillet.

Bull en sera à sa première expérience avec l'organisme Students on Ice, mais il pourra mettre à profit une bonne expérience de travail sur le terrain dans des conditions arctiques. Il a notamment fait partie de trois importantes expéditions botaniques menées par le musée dans les Territoires du Nord-Ouest et dans le sud de l’île Baffin. Il a également coordonné l’exposition Flore de l’Arctique canadien actuellement en montre au musée.

Shepherd se joint à l'équipe SOI pour une deuxième année consécutive. Il souhaite vivement montrer comment l'Arctique était jadis un milieu très différent qui donnait vie à toutes sortes de créatures disparues, dont des dinosaures, des mammifères et des invertébrés. Si la température le permet, il espère faire des collectes dans des dépôts de fossiles sur l'île Bylot, une zone visitée la dernière fois par des scientifiques du musée il y a des décennies déjà.

Une année en Chine

Le paléontologue Xiao-chun Wu, Ph. D., termine une année d’études et de travail sur le terrain, principalement en Chine. En tant qu'expert en reptiles marins anciens, Wu est recherché depuis longtemps pour son expérience dans la description de fossiles nouvellement mis au jour, surtout en Chine où les découvertes dignes de faire les manchettes sont monnaie courante.

Cette dernière année, il a collaboré avec des collègues de l'Académie des sciences de Chine (dont certains sont d'anciens étudiants d'études supérieures à sa charge) pour décrire un certain nombre de fossiles fascinants. Leur étude d’un « reptile aquatique ressemblant à une tortue » a permis de mettre au jour un groupe totalement nouveau de reptiles marins de la période du Trias (environ 250 à 225 millions d’années).

Pendant ce congé sabbatique de recherche très occupé, Wu a publié trois nouveaux articles scientifiques. Son fructueux séjour à l'étranger culminera en mai et juin avec un voyage en Chine occidentale pour étudier des dinosaures du Crétacé précoce et du Jurassique tardif, dans le sud de la Chine pour examiner des dépôts de fossiles marins du Trias et, pour finir, en Taïwan pour étudier un reptile marin nouvellement décrit au Musée national des sciences.