1. Accueil>
  2. Au sujet du Musée>
  3. Nouvelles du Musée>
  4. Nouvelles>
  5. La nourriture du futur? Les « collations » aux insectes offrent une nouvelle perspective

La nourriture du futur? Les « collations » aux insectes offrent une nouvelle perspective

Alex Quesnel © Musée canadien de la nature.

Fermer.

Bénévole Sylvain Cleroux explique à une famille les bénéfices des insectes comme alimentation. 

Qu’ils vous dégoûtent complètement ou stimulent votre imagination, les insectes ont toujours occupé une place unique dans le psychisme humain.

Mais il y a un domaine que l’on n’associe pas normalement aux insectes : l’alimentation.

Au cours de la semaine de relâche, dans le cadre de l’activité « Collations insolites », les visiteurs ont dégusté des biscuits aux grillons et des vers de farine rôtis, question d’enseigner aux enfants et aux adultes que les insectes sont une importante source de protéines.

« Les enfants ont rigolé comme des fous, affirme Tara Conroy, interprète scientifique principale au musée. Ils sont peut-être dégoûtés au début et ont peur de pénétrer dans le labo, mais leurs esprits s’ouvrent rapidement. »

La base des biscuits est la farine de grillon, un ingrédient qui peut être rebutant au début, en raison de son arôme « terreux » comparable aux flocons de nourriture pour poissons.

« On ne s’attendrait pas à en faire de bons biscuits », explique Sylvain Clairoux, un bénévole au musée.

Mais une fois qu’on a ajouté les autres ingrédients – gingembre, sel, bicarbonate de soude, sucre, vanille, œufs, etc. – le produit fini a le même goût que tout autre produit de boulangerie.

De plus, Clairoux affirme qu’on fait déjà des élevages de grillons spécifiquement dans le but de leur donner un meilleur goût et arôme.

Les visiteurs ont également eu droit à des vers de farine rôtis au four, qui sont des ténébrions meuniers au stade larvaire.

Même si on les a servis avec des pommes en accompagnement pour nettoyer le palais au besoin, les réactions étaient étonnamment positives chez ceux qui ont eu le courage de goûter.

« Ils ont le goût des bâtonnets au hickory », Clairoux a-t-il expliqué aux enfants qui les enfournaient joyeusement.

Cette activité à thématique d’insectes est terminée, mais les visiteurs peuvent toujours faire le plein d’insectes grâce à l’exposition Insectes insolites, qui demeure ouverte jusqu’au 28 mars.

L’idée de base derrière l’activité est de démontrer que les insectes constituent une approche plus durable et écologique à l’alimentation.

« La population mondiale devient trop nombreuse, et la nourriture que nous consommons n’est pas durable, explique Clairoux. C’est essentiellement une question environnementale. Je pense que c’est la voie de l’avenir. »

La réalité est qu’au moins un tiers de la population mondiale mange déjà régulièrement des insectes.

Toutefois, cette pratique est limitée aux endroits comme l’Asie et l’Afrique, alors que l’Amérique du Nord et l’Europe doivent se rattraper.

« Pour l’instant, notre réaction se résume à : ouache! affirme Clairoux.

Espérons que nous pourrons éduquer les enfants pour que les générations futures aient l’esprit plus ouvert face à l’utilisation des insectes comme source de protéines. »

- par Alex Quesnel