1. Accueil>
  2. Au sujet du Musée>
  3. Nouvelles du Musée>
  4. Nouvelles>
  5. La découverte d’un chaînon manquant vous est contée dans Mammifères extrêmes

La découverte d’un chaînon manquant vous est contée dans Mammifères extrêmes

Martin Lipman © Musée canadien de la nature

Fermer.

Alex Tirabasso © Musée canadien de la nature

Fermer.

Comment un fossile du Haut-Arctique canadien a-t-il pu se frayer une place dans une exposition d’envergure internationale portant sur les mammifères extrêmes? Réponse : ce fossile est celui du « phoque qui marchait», le chaînon manquant qui vient combler un vide dans l’évolution des pinnipèdes (groupe comprenant les phoques, les otaries et les morses).
 
C’est en 2007, dans un cratère de 10 km de diamètre de l’île Devon, qu’a été découvert un animal jusqu’alors totalement inconnu : un nouveau genre nommé Puijila qui vivait il y a de 20 à 24 millions d’années. Ce mammifère semi-aquatique apparenté aux phoques avait des pattes plutôt que des nageoires. Les premiers restes de Puijila ont été exhumés par les membres d’une expédition dirigée par Natalia Rybczynski, Ph.D., paléobiologiste du Musée spécialisée dans l’étude des mammifères fossiles.
 
Depuis cette fabuleuse découverte où chance et aventure ont joué un grand rôle, Natalia et plusieurs collègues sont retournés à l’île Devon chaque été jusqu’en 2010. Durant chaque voyage, ils ont récupéré d’autres pièces du squelette qui est maintenant complet à 80 %.

En avril 2009, la prestigieuse revue Nature publiait un article scientifique sur Puijila et lui donnait une renommée internationale.

Autre fait intéressant : Charles Darwin avait prédit l’existence d’un tel animal  dans son livre publié en 1859, L’origine des espèces. Voilà pourquoi cet inestimable fossile a reçu comme nom d’espèce Puijila darwini.
 
Mais Puijila ne se confine pas à un laboratoire fermé à double tour ou aux pages d’une revue savante; il a été reconstitué pour le plus grand plaisir de tous grâce à une technique d’avant-garde très impressionnante. Dans l’exposition Mammifères extrêmes, les visiteurs peuvent admirer son squelette reconstitué par des spécialistes du Centre d’imagerie Arius3D du Musée en collaboration avec des scientifiques. Et qui plus est, ils peuvent toucher sa magnifique sculpture de bronze qui avait été créée à l’occasion de la première exposition sur le sujet à Ottawa. Enfin, des illustrations ravissantes le représentent dans son milieu naturel tel qu’il existait alors.
 
Venez voir ce mammifère qui ressemble à la loutre, sans en être une : le chaînon manquant et le pinnipède vedette du Musée, Puijila!
 
L’exposition Mammifères extrêmes est présentée au Musée canadien de la nature jusqu’au 6 novembre 2011.