1. Accueil>
  2. Au sujet du Musée>
  3. Nouvelles du Musée>
  4. Médias>
  5. Communiqués>
  6. Une collection unique de poissons fossiles de l’Arctique canadien touche terre au Musée canadien de la nature

Une collection unique de poissons fossiles de l’Arctique canadien touche terre au Musée canadien de la nature

Roger Bull © Musée canadien de la nature

Fermer.

Kieran Shepherd, conservateur de paléobiologie du musée, avec Neil Shubin, Ph.D, (centre) et Ted Daeschler, Ph.D dans la collection des fossiles du musée. Les trois posent avec un modèle de Tiktaalik, et M. Daeschler tient dans sa main le fossile de la tête de Tiktaalik.

Ottawa, 23 juin 2015—Le Musée canadien de la nature a reçu un impressionnant ensemble de poissons fossiles découverts dans le Haut-Arctique canadien dont un, baptisé Tiktaalik, qui a considérablement augmenté les connaissances sur la transition évolutionnaire des créatures à nageoires aux animaux pourvus de membres. Les fossiles ont été rapportés au Canada par des scientifiques américains qui les ont étudiés, et seront dorénavant officiellement entreposés au musée au nom du gouvernement du Nunavut.

La vedette du lot est le fossile de Tiktaalik roseae, un crossoptérygien d’environ 375 millions d’années. Il a été découvert en 2004 dans le sud de l’île d’Ellesmere par les chercheurs américains Edward (Ted) Daeschler, Neil Shubin et Farish Jenkins. Leurs études subséquentes ont fait les manchettes à travers le monde à cause de ce qu’on apprend par ce fossile sur l’évolution précoce des vertébrés, au moment où les premiers poissons se sont aventurés sur la terre ferme.

Daeschler et Shubin ont retourné les fossiles cette semaine après une décennie de préparation et d’étude méticuleuse dans leurs laboratoires à l’Académie des sciences naturelles de l’Université Drexel (Philadelphie), et à l’Université de Chicago.

« Le Musée canadien de la nature est heureux d’accepter ces fossiles pour études scientifiques futures, où ils seront conservés avec les collections du Nunavut », a déclaré Mark Graham, Ph. D., le vice-président de la Recherche et des Collections du musée. « Avec plus de 100 ans de recherche et d’exploration en territoire arctique à son actif, notre musée gère certaines des meilleures collections de spécimens arctiques au monde. Tiktaalik et ces autres fossiles sont donc un précieux ajout à cet ensemble de connaissances. » Les spécimens sont conservés au Campus du patrimoine naturel du musée, situé à Gatineau au Québec. 

Roger Bull © Musée canadien de la nature

Fermer.

Le fossile de Tiktaalik roseae.

L’importance de Tiktaalik a été annoncée au monde entier dans la revue scientifique Nature en 2006. Tiktaalik roseae représente ce que les scientifiques appellent un fossile transitionnel : celui-ci montre des caractéristiques anatomiques des crossoptérygiens primitifs et des premiers tétrapodes (créatures à quatre pattes). Tiktaalik a une tête plate et un cou comme les tétrapodes, mais possède des nageoires, des écailles et des ouïes comme les poissons. Le nom a été proposé par des aînés inuits au Nunavut et est un mot en inuktitut signifiant lotte (une sorte de poisson). Tiktaalik a même son propre pseudonyme dans Twitter (@Tiktaalikroseae).

L’ensemble des fossiles retourné par Daeschler et Shubin comprend environ 60 spécimens de Tiktaalik roseae, dont trois ou quatre possèdent un crâne, des épaules et des nageoires. De plus, il y a environ 120 spécimens de deux autres spécimens types de crossoptérygiens fossiles, tous remontant au Dévonien tardif. Un est nommé d’après Ashton Embry, le chercheur de la Commission géologique du Canada qui a cartographié les formations géologiques qui ont mené Daeschler et Shubin au site fossilifère de Tiktaalik. L’autre commémore Martin Bergmann, le regretté directeur du Programme du plateau continental polaire (PPCP), de Ressources naturelles Canada. Le PPCP a fourni le soutien logistique indispensable aux expéditions qui ont mené à la découverte des fossiles.

« Tout ceci a démarré par des expéditions dans l’Arctique canadien, qui n’auraient pas été possibles sans le soutien du Programme du plateau continental polaire, du gouvernement du Nunavut et de la communauté inuite, explique M. Daeschler. Maintenant que nos principales recherches sont complétées, le retour de ces fossiles au Canada, avec un accès par le Musée canadien de la nature, rend de nouvelles découvertes possibles par d’autres scientifiques qui se posent des questions à propos de l’évolution de la vie. »

-30-

Le Musée canadien de la nature est le musée national de sciences et d’histoire naturelles du Canada. Il procure des connaissances fondées sur des faits et des expériences enrichissantes. Il manifeste son indéfectible engagement à l’égard de la nature d’hier, d’aujourd’hui et de demain par la recherche scientifique, la conservation de quelque 10,5 millions et demi de spécimens, des programmes éducatifs, des expositions permanentes et itinérantes et son dynamique site Web, nature.ca. Le musée a signé une entente avec le gouvernement du Nunavut pour conserver les fossiles et artefacts archéologiques trouvés sur le territoire.

Informations pour les medias, et pour des demandes de photos :
Dan Smythe
Relations avec les médias
Musée canadien de la nature
613.566.4781; 613.698.9253 (cel.)
dsmythe@mus-nature.ca

Laura Sutin
Relations avec les médias
Musée canadien de la nature
613.566.4793; 613.698.7142 (cel.)
lsutin@mus-nature.ca